cieux_151.jpg
cieux_154.jpg
cieux_250.jpg
"Ce Limousin où les oiseaux chantent plus tôt plus haut et plus fort..."  J.G.

Le Dolmen des Termisseaux

Une inauguration peu commune...

Ils sont venus sur cette route incommode où l'on peut difficilement se garer.
Ils ont emprunté un petit pont de bois, bâti pour la circonstance par les employés du service technique communal, puis marché environ 250 m dans un petit bois qui ne voyait plus personne depuis très longtemps.
Au bout du chemin, aménagé par les adhérents de l'association pier O bois aidés d'autres personnes de la commune, ils sont tombés non pas sur un dolmen mais sur un véritable site préhistorique.
En effet, outre les piliers encore en place (le reste est assez délabré), on peut constater un véritable alignement de rochers sur une centaine de mètres.
Il s'agit donc d'un endroit qui a a été fréquenté par les hommes du néolithique pendant des dizaines d'année, voire plusieurs siècles et qui fait ainsi de CIEUX la commune de Haute Vienne où l'on trouve le plus grand nombre de mégalithes.

Dolmen des Termisseaux
Le dolmen des Termisseaux près La Betoulle de Cieux

Après le mot du Maire, Claude Lebraud, les adhérents de l'association pier O bois ont lu le rapport établi par la Société Archéologique du Limousin en 1944 concernant ce dolmen.

Etude de la société archéologique

ETUDE PARUE en 1944 DANS le BULLETIN de la SOCIETE ARCHEOLOGIQUE & HISTORIQUE du LIMOU$IN, tome LXXX page 367
LE DOLMEN de LA BETOULLE commune de CIEUX (HTE-VIENNE) par Louis BONNAUD et Jean PERRIER

Généralités : Le dolmen de La Betoulle est un dolmen « ruiné » dont la table a été détruite à une époque indéterminée. Il est peu connu et n'est signalé dans aucun des inventaires des monuments mégalithiques de la Hte Vienne établis jusqu’à présent. II semble n'avoir fait encore 1’objet d’aucune étude particulière.

SITUATION : Ce monument est situé dans la commune de CIEUX, à environ 500 m au sud du grand étang, 400 m au N.E. du village de La Betoulle et à 1,5 km au sud de Cieux. Au nouveau plan cadastral, la parcelle où il se trouve est dite « des Termisseaux » inscrite sous le n° 175, section B. La propriétaire actuelle du terrain est Mme J. LAPUELLE. Emplacement et voies d’accès : De CIEUX, on accède au dolmen par la route qui va à Oradour-s/Glane et, après avoir dépassé le grand étang, on remarque sur le bord gauche de la route un petit lavoir près duquel se trouve un chemin qui pénètre dans la châtaigneraie voisine. Il faut suivre ce sentier pendant une centaine de mètres pour atteindre le dolmen. Altitude : Le dolmen est placé sur un coteau, à une altitude moyenne de 310 à 320 mètres.

DESCRIPTION : Il n’est pas impossible que ce monument, qui est placé sur une sorte de tertre, ait été enfoui primitivement sous un tumulus... La table a été détruite à une époque inconnue. On remarque, à côté du dolmen, un mur formé de gros blocs de granit grossièrement équarris et placés de champ les uns à la suite des autres. Deux des piliers encore existants entrent dans la composition de ce mur ; il est probable que ce sont les débris de la table et, peut-être, d’un ou plusieurs piliers qui furent utilisés pour sa construction. Les Piliers : Ces supports, tous en granit sont actuellement au nombre de quatre. Orientation : Le dolmen est orienté sensiblement nord-ouest sud-est, l’entrée de la chambre étant située au N.O. La végétation poursuit l’œuvre destructrice des hommes : un châtaignier croît à l’intérieur même de la « cella" devant le pilier est, un second, énorme et très vieux, fait pencher le pilier nord vers le sud-est et menace de le renverser. Les fougères et les arbrisseaux croissent çà et là, tout autour du monument et contribuent aussi à sa ruine.

FOUILLES : Les fouilles pratiquées dans la chambre dolménique n'ont livré aucun outillage lithique. Par contre, elles ont livré une quantité considérable de fragments de poteries. Une seule pièce est entière, ou presque : c’est un petit vase de 7,5 cm de haut et large de 4 cm, paraissant une fiole à parfum (?) Les débris céramique que nous avons recueillis fournissent la preuve que ce dolmen utilisé à différentes époques et par diverses peuplades. Notre récolte se compose d’une part de poteries grossières, d’autre part d’une quantité beaucoup plus importante de poteries plus fines, faites au tour, caractéristique de la période gallo-romaine. Parmi les débris qu'on peut attribuer avec certitude à la période préhistorique - et selon toute vraisemblance, au néolithique - un fragment est surtout digne d’attention : c’est un morceau de la paroi d’un grand vase façonné dans une argile grossière, de couleur grise et assez friable. Notre fouille, que nous avons menée avec soin en creusant une tranchée partant à 1,5 m de l'entrée du dolmen et passant par le milieu de la chambre, nous a révé1é 1'existence d’une couche archéologique unique, de couleur jaune, épaisse de 30 à 40 cm en moyenne recouverte d’une couche d’humus de 10 cm. Notons toutefois que la poterie préhistorique se trouvait plutôt vers le centre de la chambre et que le morceau de vase décrit plus haut était au centre même du dolmen et presque à la base de la couche archéologique. II n'est pas étrange que le dolmen ait été réutilisé par les gallo-romains. Le cas s’est produit pour beaucoup de monuments semblables. L'abondance des objets correspondant à cette période est cependant remarquable et fait considérer comme possible que ce monument, vu ses vastes dimensions, ait servi d'habitat durant cette période. Nous pencherons plutôt pour l’interprétation qui fait de ce mégalithe un monument funéraire, utilisé aussi à cette fin par la suite par les gallo-romains après les néolithiques. Ils perfectionnèrent la cella et sa fermeture par l’adjonction d’une c1ôture en pierres sèches et en briques. CONCLUSION : Il est fort regrettable que ce dolmen soit dans un tel état de délabrement car ses dimensions en faisaient certainement un monument considérable. Sa table devait, semble-t-i1, atteindre environ huit mètres de circonférence, dimension que n’atteint aucun dolmen en Haute-Vienne.

Aligement de roches
Alignement de roches Et il y en a beaucoup d'autres...
Poème

Enfin, pour conclure, un poème, écrit en 3 jours par un membre de pier O bois, a été lu pour clôturer l'inauguration :

DE PIERRES EN PIERRE...

TANT DE VENTS SONT PASSES SUR L’OMBRE DE NOS TERRES
TANT D’ANNEES ONT CREUSE LES SILLONS DE NOS VIES
TANT DE FERS AVEUGLES ONT PROVOQUE DES GUERRES
TANT DE REVES AVOUES NOUS ONT ETE RAVIS.

Dans notre monde où toujours subsiste à l’humain
La nature éternelle aux temps renouvelée
Elles sont de ces matières, hier et pour demain
Qu’il a fallu extraire en roches morcelées.

Pour le simple bâti ou pour l’ultime prestige
De calcaires en granites, de schistes en grès
Par le marbre exposé où nos destins se figent
Des ponts et cathédrales d’éphémères progrès.

Chaque édifice chaque mur a son ouvrage
Forteresses de défense, monuments somptueux
Sur les parvis et les places au cœur des villages
Sont gravés dans leur masse des combats glorieux.

Parfois elles s’accrochent en colliers de lumières
Ou serties dans leurs gemmes en écrins précieux
Tels des fragments de lune et d’opales en poussières
Œuvres des arts des mains et leurs tours gracieux.

Dans la lande de l’histoire en retour arrière
Ou mènent les chemins de leurs galets tracés
Vers quelle destinée et vers quelles frontières
Nos avenirs communs sont en ce jour placés ?

Témoin d’ères anciennes et d’évolutions,
Au-delà de nos regards et nos seuls passages
La Pierre ainsi par ces représentations
Est source de nos liens en nous livrant messages.

Elle est Pierre Levée, profilée et altière
Pour invoquer des dieux aux oracles passés
Massive et tourmentée sur une arête fière
On la bouge en leviers de bouts de pieux cassés.

Aux dames et fées, après la lande bruyère
Amas colossaux aux cœurs de pénombres boisées
Elle évoque les sorts de légendes et mystères
En pans de mémoires indéfiniment croisées.

Aux pieds de ce sanctuaire en son cercle bouclé
Pour finir par une commémoration
Soyons nombreux pour le partage de la clé
De sa renaissance et inauguration.

Francis Tournois 10 septembre 2014